Damien, lâche rien !

Après cette éprouvante première randonnée, nous avons flâné deux journées dans les rues et les marchés de Huaraz. Pour le non-initié, les marchés du Pérou et de Bolivie surprennent : étals de boucherie sur une simple paillasse blanche recouverte de morceaux de viande et de leurs nuages de mouches ; allées de fruits et légumes entrecoupées de stands de sorcières ; chaque recoin réserve à Damien son lot de surprises. Mais ces marchés ont du bon : on y trouve de tout pour souvent pas cher, c’est donc l’endroit idéal pour y faire des affaires ! Nous nous en donnons comme d’habitude à cœur joie dans les boutiques d’artisanat et Damien y trouvera même une gentille mamie pour lui vendre un joli bonnet péruvien.

Mais n’oublions pas notre objectif dans la région : faire de la randonnée. Cette fois, nous optons pour un défi plus ambitieux : trois jours de marche qui nous permettront de rallier le village et les ruines de Chavin, au départ d’Olleros.

Chaussures aux pieds, sacs sur le dos, appareils photos à portée de main, nous commençons notre première journée de marche. Ca grimpe gentiment, nous sommes sous la barrière des 4000m, on y va tranquillement ; bref tout va bien ! Pendant notre pique-nique, une vieille dame toute rabougrie vient filer sa laine à nos côtés et en profite pour papoter un peu, pendant que ses deux chiens reluquent de façon très insistante sur nos sandwichs. On en vient biensûr à parler de la pluie et du beau temps… et à elle de regarder le ciel et de nous dire « il va pleuvoir cet après-midi…fort ! » ; et à nous de penser qu’elle est bien pessimiste, et de décider de poursuivre notre chemin.

Malheureusement pour nous, mamie s’est révélée bien plus fiable que les services météo ; et sentant venir le grain, nous plantons la tente au milieu d’un plateau caillouteux. Les dernières sardines à peine enfoncées dans le sol, le déluge nous tombe dessus. Il est 14h, et il ne s’arrêtera pas de pleuvoir avant 1h30 du matin. Une piscine s’est bien évidemment formée sous la tente, mais la qualité de notre tente nous protège d’une inondation certaine. Cependant, le revers de la médaille est que son étanchéité remarquable empêche aussi notre chaleur de s’échapper et favorise donc la condensation sur toutes les parois de la tente. Bref, on finit par prendre l’eau…

On fait passer le temps comme on peut, en jouant aux cartes ou en chantant des vieux tubes français, le tout en essayant de maintenir nos duvets et nos pieds au sec. Pour Damien c’est réussi, il voulait vivre l’aventure Incahuella, il en subit les meilleurs moments !

De bon matin, après cette délicieuse nuit particulièrement fraîche (la neige est tombée à peine plus haut que notre campement), nous réfléchissions à la suite de notre programme. Deux options :

1) Poursuivre notre route en espérant que la neige tombée cette nuit fonde dans la journée et nous laisse franchir le col.

2) Rentrer parce qu’en réalité nous savons que pendant la saison des pluies il pleut presque tous les après-midi, ce qui impliquerait encore plus de neige sur le col, et une prise de risque inconsidérée…

Nous levons donc le camp et repartons pour Huaraz, où nous attend une bonne bière de récupération et de réconfort.

Vue depuis notre hôtel
La chair de poule
Merci pour le bonnet !
Balade à Huaraz
Olleros, début de rando
Cécile et Mathou à votre service ! Guides de rando Cécile et Mathou à votre service !
Plus blanc que blanc
Devinez ce qu'ils regardent...
En route pour l Allez hop, on y va.... En route pour l'aventure !
Il s'appelait Stewball....C'était un cheval blaaannnc
Tu tiens le coup ???
Quel boulot pénible !
Méditation brumeuse
Courage, plus que 12 heures dans le tente
Réveil, la tête dans les nuages
Bon, option 1 ou 2 ?
Bah... ça sera l'option 2 !
Petit mais costaud !
Notre plateau de campement
Un coussin de cactus
Il neige, il neige, bergèreuh...
NB : Attention aux chiens de berger... ...Rentre tes blancs moutooonns ! NB : Attention aux chiens de berger...
Pic et pic et colégram
On rentre à la maison...
Et on n'est pas les seuls !
Belle des champs
Trop balaize Damien !
Arach'attack !
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
Cette entrée a été publiée dans Nouvelles, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Damien, lâche rien !

  1. Eric dit :

    Blancheur des moutons un peu exagérée… mais excursion très impressionnante !
    ça, c’est un pic! c’était la destination? vous avez bien fait de rentrer dans ce cas…
    jolies photos, comme dab ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>