C’est toujours le pied !

Après deux heures de traversée, nous arrivons à Puerto Ayora sur l’île de Santa Cruz. Ici, une visite est pour nous incontournable : la station de recherche Charles Darwin et son centre d’élevage de tortues et d’iguanes terrestres.  Pour les biologistes que nous sommes, les Galápagos sont célèbres grâce à Charles Darwin qui y a posé les premières bases de la Théorie de l’Evolution des espèces. Les expositions sont à la hauteur de nos espérances, et la visite se termine face au fameux Lonesome George, le dernier survivant d’une espèce d’énorme tortue terrestre. Depuis des années, les scientifiques essayent de lui trouver des femelles d’espèces assez proches afin de faire perdurer la sienne. Mais les quelques accouplements n’ont rien donné, et il semblerait que George ait même perdu tout intérêt pour la gente féminine…

Nous profitons des jours suivants pour explorer l’île et prenons un bateau-taxi depuis le port pour rejoindre un sentier dans les roches volcaniques qui nous mène à Las Grietas (les fissures). Ce lieu porte bien son nom, puisque nous débouchons en haut de grandes parois se jetant dans une lagune où se mêlent eau douce venue des hauteurs de l’île et eau salée de l’océan. C’est un terrain de jeu pour tous les jeunes de l’île qui viennent y faire des plongeons vertigineux depuis le sommet des falaises. Relativement intrépides mais pas trop, Cécile et Mathilde s’essayent à ce sport, mais pas depuis le point culminant, tandis que Victor se dévoue pour rester en bas et prendre les photos… !

Une autre balade d’une heure en plein cagnard nous permet de rejoindre la Bahia Tortuga (baie des tortues), où le sable incroyablement blanc nous éblouit et nous pousse à nous réfugier sous l’ombre bienfaitrice des palétuviers. La plage de Mansa est bordée par la mangrove et offre normalement d’excellents sites de snorkelling puisque les animaux marins viennent souvent pondre entre les racines des arbres, là où le courant est plus faible. Pas de chance pour nous, la pluie de la veille a rendu l’eau trouble, et nous ne verrons rien par ici. Sur la plage, nous sommes en revanche entourés d’iguanes marins fuyant le soleil et de petits oiseaux peu farouches n’aspirant qu’après les miettes de nos sandwichs. Un peu déçus de ne pouvoir faire de snorkelling, nous remballons nos affaires et prenons la route du retour, quand nous tombons sur un bras de mer remarquablement calme où frétillent une multitude de petits poissons. Nous décidons d’y plonger et c’est alors que surgit une otarie bien curieuse qui jouera avec nous quelques minutes avant de retourner vaquer à ses occupations. Des étoiles pleins les yeux après cette incroyable rencontre, nous rentrons et allons savourer dans un petit resto local de délicieux encocados de pescado y de camarones (sautés de poissons et crevettes à la noix de coco). L’ambiance de cette ruelle est plus que typique avec ses  rangées de bouis-bouis qui ont installé leurs tables au beau milieu de la chaussée. Des musiciens ambulants défilent entre les clients et nous-même y vendons nos macramés. Nous y dégustons aussi un ceviche dans sa version équatorienne, soit avec moins de citron, et de la tomate en plus. C’est délicieux, et ce dernier détrône le ceviche péruvien dans les papilles de Mathou. Cécile quant à elle reste fidèle à la version du Pérou.

Mais nous ne nous arrêtons pas sur cette si belle voie de découvertes gastronomiques, et Mathou invite même toute l’équipe a se délecter de langoustes… des Galápagos s’il vous plait !

Touche de douceur dans un monde piquant
A l'affût
Bébé tortue
Opuntia Echios
George le solitaire Lonesome George George le solitaire
Iguane terrestre
Playa Darwin
Un lézard sur un lézard
L'oiseau moqueur
Viiictor, il a pas sautééé !!!
Un héron errant
Hibiscus
La baie des tortues
Un échassier qui cherche son chemin
Celui-ci cherche de la bouffe...
Mais où sont les tortues ?
Playa Mansa
Il faut peaufiner son bronzage
Iguane marin sous la mangrove
Au retour de la playa Mansa
Pépé le pélican, à la plage
Pépé le pélican, dans les airs
Les fous partent à la pêche
Victor mitraille
Décollage marin

 

  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
Cette entrée a été publiée dans Nouvelles, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à C’est toujours le pied !

  1. Tristan dit :

    Ca sent le photomontage ce saut^^ On a le départ et l’arrivée mais on sait pas ce qui se passe entre les deux

  2. Mathilde dit :

    Entre les deux, on boit une Piña Colada tombée du ciel….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>